21/08/2008

"C'est très bien comme ça" de Annie PROULX

 

Cest très bien comme ça

C'est très bien comme ça

de Annie PROULX

9 nouvelles - 316 pages

Editions GRASSET 2008

L'auteur :

Annie Proulx

Née le 22 août 1935 dans le Connecticut, de mère anglaise et de père franco-canadien, Annie proulx est d'abord journaliste. Ce n'est que tard, en 1992, qu'elle publiera un premier roman. Couronnée de plusieurs prix, elle est considérée comme un des plus grands écrivains américains. Elle vit actuellement dans le Wyoming.

Ses oeuvres chez Grasset :

- Les crimes de l'accordéon - 2004 

- Noeuds et dénouement - 2005

- Un as dans la manche - 2005

- Brokeback mountain - 2006

- Nouvelles histoires du Wyoming - 2007   

- Cartes postales - 2007    

Extraits :

1 - "Le sens de la famille"

"...Elle avait rassemblé toutes les notices nécrologiques qu'elle avait pu trouver, mais ne nous en avait jamais parlé et les gardait dans une grande enveloppe, sur laquelle elle avait écrit "Notre famille". Je ne sais pas si c'était de l'ironie . ... "

2 - "J'ai toujours adoré cet endroit "

"Il regarda les pentes rocheuses ruisselantes de l'eau noire du Styx. "Diable ! La vue seule vaut des milliards. C'est à vous couper le souffle. J'ai toujours adoré cet endroit. "

3 - "Les vieilles chansons de cow-boys"

... "Et Archie McLaverty avait une voix de chanteur qu'on n'oubliait pas une fois qu'on l'avait entendue. Voix franche et dure qui laissait tomber les mots à mi-distance du cri et du chant, voix triste et plate, sans fioritures, qui exprimait des choses que l'on sentait mais qui étaient indicibles."

4. "L'enfant Armoise"

    "Le temps passa et l'armoise, nourrie et choyée comme aucun cochonnet, aucun poulet et peu de bébés le furent jamais - car Mizpah en était venue à mélanger de la sauce et du jus de viande à la ration d'eau initiale -, crût prodigieusement. Au crépuscule, on aurait dit un grand type les mains levées sous la menace d'un revolver. En hiver, la neige la faisait étinceler comme un arbre de fête. Les voyageurs la remarquaient : c'était le plus grand buisson d'armoise visible dans la région désertique entre Medecine Bow et le relais de Sandy Skull. Elle devint un point de repère pour les déserteurs. " ...

5. - "La ligne de partage"

... "Il lui fallait une frontière à conquérir - mais, semblait-il, depuis l'époque de son grand-père, il ne restait plus de frontières. Sans le savoir, Hi était en quête d'un but, d'un objectif que pourrait mener à bien son corps épargné par le destin. Helen, avec ses dix-neuf ans et ses longs cheveux bruns de la couleur du bois, lui était apparue comme l'île que découvre enfin le naufragé. Ensemble, ils inventeraient leur frontière. "

6. - "La Grande Coupe Grasse de Sang"

    " C'était le silence qui avait troublé leur sommeil, une voix qui s'était tue. La chaman avait cessé de chanter. Nuit après nuit, ses prières et ses invocations monotones avaient formé le solennel arrière-plan des rêves du clan. Sa voix, appel, séduction et caresse, était devenue un élément naturel, à l'égal de la vibration sonore émise par les ailes de la sauterelle, des cris crépitants des grues. Le vieil homme, a qui il était interdit de manger pendant la cérémonie de l'invocation, s'était émacié et sa voix affaiblie, tremblotante, était devenue presque inaudible. Maintenant, il était silencieux; sa tâche était accomplie. Ce silence fit naître une grande excitation. "

7. "La farce du marais"

     "L'un des passe-temps préférés du Diable était la lecture des mails auxquels il donnait suite comme s'ils lui étaient adressés : dévastation et confusion se diffusaient ainsi en vagues plaisantes. Pour récompense de leurs services, les pirates de l'informatique obtenaient une brève dispense de leurs séances de barbecue, et le Diable goûtait la sensation de s'occuper d'affaires importantes. "

8. "Le témoignage de l'âne"

    "Ils partaient le lendemain matin pour une randonnée de dix jours dans le massif d'Old Bison. La piste Jade était fermée depuis des années, mais Marc se plaisait à l'idée de contourner les réglements du service des Forêts. C'était leur habitude de faire un bon dîner la veille de leur départ pour l'aventure, et de manger frugalement quand ils étaient dans la nature : en somme, de célébrer le carnaval avant le carême. Avoir un peu faim, disait Marc, stimule l'esprit. "

9. "Dans le fossé, les sabots en l'air"

"Le pire moment de l'année, c'était le printemps, quand alternaient les blizzards et des poussées d'une chaleur saharienne. Un soir fouetté de neige, alors que Dakotah mettait la table, Verl dit qu'une vache avait tenté de gravir une pente raide et que le sol humide s'étant dérobé sous elle, elle avait atterri sur le dos dans la rigole.

"J'ai eu de la chance aujourd'hui. Une maudite vache s'est retrouvée dans le fossé, les sabots en l'air, y a deux jours. Elle était morte quand je l'ai vue."

...

"Sash, dit-elle enfin, si bas qu'ils purent à peine l'entendre, Sash est dans le fossé, les sabots en l'air."

Mon avis :

J'ai lu ces nouvelles entre les 10 et 16 août. Elles nous transportent dans le Wyoming, le Dakota, le Montana, des régions du Middel West américain, avec leurs ranches, leurs cow-boys, leurs fermiers ... La vie y est rude au fil des années et des saisons qui burinent les hommes et relèguent les femmes à l'abnégation où tendresse et sentiment sont des mots oubliés ou bannis de leur vocabulaire.

Une rencontre avec un peuple de pionniers résignés et orgueilleux.

Livresquement vôtre, le 16 août 2008

18:20 Écrit par Mamylectrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : annie proulx - nouvelles - wyoming - |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.