27/08/2008

"L'attentat" de Yasmina Khadra

 

 

l'attentat de Y kahdra

L'attentat

de Yasmina Khadra

roman - 246 pages

Editions  Julliard Pocket

L'auteur :

khadra

De son vrai nom Mohammed Moulessehoul, Yasmina Khadra est né à Kenadsa dans le Sahara algérien en 1955, d'un père infirmier et d'une mère nomade. Son père le confie à l'Ecole des cadets de la révolution à l'âge de 9 ans. Après 36 ans de vie militaire, il décide en 2000 de se consacrer entièrement à la littérature.

Il est installé en France depuis 2001 et vit à Aix-en Provence.

Ses oeuvres:

"L'attentat" fait partie d'une trilogie avec "Les hirondelles de Kaboul" (2002) et "Les sirènes de Bagdad" (2006)

"L'écrivain" (2001) et "L'imposture des mots" (2002) sont deux oeuvres autobiographiques.

"Ce que le jour doit à la nuit" (2008) dernier paru chez Julliard.

L'oeuvre :

"L'attentat" a reçu de nombreux prix dont le Prix des Libraires et le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.

Livre sur le terrorisme, le kamikaze, le conflit israélo-palestinien, l'intégrisme islamique, la haine et l'humiliation ...

"Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. A l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de l'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. Le sol se dérobe alors sous ses pieds : il s'agit de sa propre femme.

Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel ?

Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien ..."

                                                       4 ème de couverture.

L'extrait :

     " - Laisse la rumeur des flots absorber celle qui chahute ton intérieur, me surprend le vieux Yehuda en se laissant choir à côté de moi. C'est la meilleure façon de faire le vide en soi ...

     Il écoute une vague se gargariser dans le creux du rocher puis, passant son poignet sur son nez, il me confie :

       - Il faut toujours regarder la mer. C'est un miroir qui ne sait pas nous mentir. C'est aussi comme ça que j'ai appris à ne plus regarder derrière moi. Avant, dès que je jetais un coup d'oeil par-dessus mon épaule, je retrouvais intacts mes chagrins et mes revenants. Ils m'empêchaient de reprendre goût à la vie, tu comprends ? Ils gâchaient mes chances de renaître de mes cendres ... "      p.81

...

     " - Je ne comprendrai jamais pourquoi les survivants d'un drame se sentent obligés de faire croire qu'ils sont plus à plaindre que ceux qui y ont laissé leur peau."                                                     p.84

...

     " - Personne ne rejoint nos brigades pour le plaisir, docteur. Tous les garçons que tu as vus, les uns avec des frondes, les autres avec des lance-roquettes, détestent la guerre comme c'est pas possible . Parce que tous les jours, l'un d'eux est emporté dans la fleur de l'âge par un tir ennemi. Eux aussi aimeraient jouir d'un statut honorable, être chirurgiens, stars de la chansosn, acteurs de cinéma , rouler dans de belles bagnoles et croquer la lune tous les soirs. Le problème, on leur refuse ce rêve, docteur. On cherche à les cantonner dans des ghettos jusqu'à ce qu'ils s'y confondent tout à fait. C'est pour ça qu'ils préfèrent mourir. Quand les rêves sont éconduits, la mort devient l'ultime salut ... Sihem l'avait compris, docteur. Tu dois respecter son choix et la laisser reposer en paix."                                  p.213

Mon avis :

On ne sort pas indemne d'une telle lecture. Non seulement , elle nous ouvre les yeux sur un conflit qui nous restait étranger et que nous ne comprenions pas très bien, mais nous aide à comprendre (non pas à disculper ce qui appartient à Dieu, ou Allah), comment la haine naît dans le coeur des hommes. Le talent et l'écriture sont indéniables.

C'est le premier livre que je lis de Yasmina Khadra, bien que connaissant les titres et succès de certains autres. Je crois que prochainement je vais en ouvrir d'autres.

A découvrir si vous ne connaissez pas encore !

Livresquement vôtre, ce 27 août 2008

Commentaires

tous ceux repris dans ce blog très intéressant ton blog, bien ! tes analyses ; heureusement que je les ai lues ... car "l'Attentat" et le Parfum d'Adam, j'avais lu mais ... je l'aurais oublié, en ne retenant que le titre. Le seul pas lu est Roth mais je n'ai pas envie de l'aborder .... suite justement à ta (bonne) critique ...

Écrit par : orieta | 17/09/2008

quant j'ai lu l'attentat la 1ere fois je ne voulais pas arriver à la dernière page par peur de dire laisser ce livre, l'auteur dans l'attentat nous a plongé dans un confli qu'on connais qu'à travers la télévision, nous a mis dans le doute et l'afection au meme temps, sommes nous contre ce qui c'etait passé ou non, c'est la question qu'on s'est posé en lisant ce livre et je sais que je ne suis pas le seul qui a pensé à ca, nous a appris le prix de la liberté qui peut etre meme de se donner la vier pour reposer en libeerté
merci monsieur Khadra

Écrit par : hani metwally | 26/10/2010

Les commentaires sont fermés.