31/08/2008

"Les années" de Annie Ernaux

 

Les années de A Ernaux

 

Les années

de Annie Ernaux

autobiographie romanesque - 242 pages

Editions : NRF GALLIMARD

L'auteur :

ernauxanniephoto[1]

Annie ERNAUX  est née à Lillebonne le 1er septembre 1940.. Elle grandit à Yvetot, en Normandie, dans un milieu social modeste. Ses parents, d'abord ouvriers, sont devenus de petits commerçants. Elle fait ses études à l'université de Rouen et débute comme institutrice avant de devenir professeur agrégée de lettres modernes. Elle vit à Cergy dans la région parisienne.

Oeuvres :

- Les armoires vides - 1974

- Ce qu'ils disent ou rien - 1977

- La femme gelée - 1981

- La place - 1984

- Une femme - 1989

- Passion simple - 1991

- Journal du dehors - 1993

- La honte - 1997

- Je ne suis pas sortie de ma nuit - 1997

- La vie extérieure - 2000

- L'événement - 2000

- Se perdre - 2001

- L'occupation - 2002

- L'usage de la photo - 2005

- Les années - 2008

Le thème :

Autobiographie et Histoire.

Annie Ernaux raconte "SON" histoire dans l' "HISTOIRE".

Récit à la 3 ème personne, où toutes les femmes de sa génération se retrouvent. "Ce sera un récit glissant dans un imparfait continu, absolu, dévorant le présent au fur et à mesure jusqu'à la dernière page d'une vie ." (que je lui souhaite encore longue !)

Extraits :

      "Les Allemands de l'Est franchissaient les frontières, processionnaient autour des églises avec des bougies pour faire tomber Honecker. Le Mur de Berlin s'écroulait. C'était une époque rapide avec des tyrans exécutés après une heure de procès, des charniers d'où étaient exhibés des cadavres terreux. Ce qui arrivait outrepassait l'imagination - on avait donc cru le communisme immortel - et nos émotions ne suivaient pas la réalité. On se sentait au-dessous des événements, enviant les gens de l'Est de vivre des moments pareils. Puis on les voyait se précipiter dans les magasins de Berlin-Ouest et ils nous faisaient pitié avec leurs vêtements calamiteux et leurs sacs de bananes. Leur inexpérience de la consommation attendrissait. Puis le spectacle de cette faim collective de biens matériels, sans retenue ni distinction, nous contrariait. Ils ne se montraient pas à la hauteur de la liberté, pure et abstraite, qu'on avait forgée pour eux. L'affliction qu'on avait pris l'habitude d'éprouver vis-à-vis des peuples "sous le joug communiste" se changeait en observation réprobatrice de l'usage qu'ils faisaient de leur liberté.On les aimait mieux faisant la queue pour du saucisson et des livres, privés de tout, afin de savourer le bonheur et la supériorité d'appartenir au "monde libre".                                             p. 169-170

     "Ce qui compte pour elle, c'est au contraire de saisir cette durée qui constitue son passage sur la terre à une époque donnée, ce temps qui l'a traversée, ce monde qu'elle a enregistré rien qu'en vivant."                                                                  p. 238

Mon avis :

J'aime lire Annie Ernaux,  depuis que j'ai lu un de ses premiers livre "La place". J'aime son style. J'aime les thèmes qu'elle aborde avec simplicité même s'ils sont intimistes et autobiographiques. Elle est de mon époque. Les jeunes ne s'y retrouvent pas toujours. 

Dans "Les années" , c'est aussi ma vie qui défile ! Nous avons presque le même âge. Nous avons vécu les mêmes événements, les mêmes combats de femmes. Le style d'éducation était similaire puisque je suis issue d'un milieu ouvrier et que moi aussi j'ai quitté ce milieu pour l'enseignement même si je ne l'ai pas fait avec autant de révolte qu'elle. Elle est allée au bout de ses rêves avec une détermination que je n'ai pas et je l'admire pour cette volonté. 

Qu'elle puisse nous laisser encore une suite à ses témoignages du temps et nous donner encore de beaux romans à lire ! Allez à sa rencontre. Ses textes ne sont pas longs et se lisent facilement.

Livresquement vôtre, ce 6 septembre 2008                                                                                    

Commentaires

Bonjour Je n'ai pas trouvé le Kamasutra dans tes fiches (mdr)...

Bonne journée !

Écrit par : Rafaël | 01/09/2008

Les commentaires sont fermés.