27/07/2009

"L'orgue de quinte" de Hervé PICART

L'orgue de quinte

Hervé PICART

roman polar - 215 pages

Editions Le cartor astral

 Picart-orgue%20de%20quinte343[1]

 

L'auteur :

Hervé PICART est né dans le nord de la France. Il a très longtemps mené une double vie. Professeur de latin et de grec le jour, "roc critic" le soir pour le magazine "Best".  Bref, Homère, Ovide, ni Deep Purple et Metallica n'ont pas de secrets pour lui. La cinquantaine venue, c'est en créateur de mystères et d'énigmes qu'il se transforme .

L'oeuvre :

L'ARCAMONDE est une boutique au coeur de la vieille ville de Bruges ...

C'est le domaine de Frans BOGAERT, antiquaire distingué et brocanteur curieux. Avec l'aide de son assistante, Bogaert se livre à des expertises d'objets hors du commun, manifestant un art de la déduction qui n'aurait pas déplu à Sherlock HOLMES.

Chaque objet l'entraîne dans une enquête qui révèle des pans secrets de l'Histoire mais aussi quelques méandres étonnants de l'âme humaine.

L'ARCAMONDE : 12 volumes

- Le dé d'Atanas : novembre 2008

- L'orgue de quinte : mars 2009

- Le coeur de glire : novembre 2009

- La pendule endormie : mars 2010

Le livre :

Bogaert pense avoir déniché le légendaire "orgue à liqueurs" du héros d'un roman du XIXème siècle sur une brocante dans la petite ville médiévale de Provins. Le flair de notre antiquaire se retrouve bientôt sur la piste bien inquiétante d'un maître verrier qui, dans sa quête du cristal parfait est bien résolu à distiller le chagrin de ses victimes ...

L'extrait :

     " - Vous avez raison, convient Bogaert. Cela dit, je serais quand même curieux d'apprendre quel intérêt votre Sainte Mère l'Eglise porte à l'orgue à liqueurs de des Esseintes. Intérêt plutôt vif, si j'en juge d'après la coquette somme que vous êtes disposé à verser pour son acquisition.

       - Nous n'avons pas à faire mystère de nos motifs en cette affaire, déclare le religieux. Je vais tout vous expliquer. Vous savez comme tout le monde que notre Eglise traverse une certaine crise de vocations. Seulement sept pour cent des catholiques français sont pratiquants, c'est dire. En plus de la tiédeur de nos ouailles, nous sommes confrontés à la concurrence d'autres religions plus ... ardentes. Il nous faut donc réagir, et faire un peu de publicité de notre foi. C'est pourquoi nous allons organiser dans quelques mois une exposition au Petit Palais de Paris, dont le but sera de manifester largement à quel point la croyance chrétienne a permis à des artistes de renom de se surpasser pour réaliser leurs oeuvres les plus accomplies. Comment la lumière de Dieu vient éclairer les toiles des maîtres, en quelque sorte. Vous conviendrez que les exemples d'inspiration sacrée ne manquent pas. A nous de les utiliser, de les mettre en valeur, pour montrer à tous à quel point croire en Dieu permet de s'épanouir. Nous avons négligé trop longtemps de prouver que la foi aide à révéler le meilleur de soi-même. Que serait Raphaël sans Dieu, je vous le demande ?

      - Un païen de génie, probablement, risque Bogaert, tout en s'offrant une bouchée de grouse bien aspirée. Mais poursuivez. "

                                                            p. 107 - 108

 

00:08 Écrit par Mamylectrice dans Romans | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Avec l’orgue, on se voit dans une cathédrale où cet instrument ravit nos oreilles. Quinte ? un prénom antique. Non, tout est faux ! Ici dans ce roman, policier de surcroît, il est de bon ton que l’énigme ne soit résolue dès le titre !
Hervé Picart avait déjà ravi le lecteur avec le premier tome de son Arcamonde : Le dé d’Atanas. Voici son deuxième tome : L’orgue de quinte. Il nous tarde de découvrir le troisième car, une fois de plus, Hervé Picart tient son lecteur en haleine.
Le brocanteur brugeois Frans Bogaert se retrouve à la foire de Provins, ville médiévale avec un riche passé. Il y fait l’acquisition d’un curieux engin : un orgue à liqueurs du XIXème siècle. Et voilà qu’un mystérieux acheteur lui présente une offre d’achat décuplée qui mérite donc une enquête plus poussée ! Ainsi donc notre Frans Bogaert est à nouveau plongé dans un rôle de détective : quelle énigme ce nouvel ustensile pose-t-il ? L’alchimie et les récits mythologiques lui viennent à son secours ! Il faut ajouter que l’auteur en est friand, en tant que prof de latin et grec… Le lecteur voyage dans le temps, de l’Antiquité au XXIème siècle, en passant par le Moyen Age et le XIXème.
Quel bonheur de lire cet auteur à la plume vive, caustique mais sans méchanceté. Ce policier sans meurtre, quoique…, avec une énigme qui tient en haleine et qui se dévoile au compte-goutte, mérite une bonne place au panthéon des spécialistes du polar.

Écrit par : Didier D'HALLUIN | 10/08/2009

Les commentaires sont fermés.