29/08/2008

"La bête qui meurt" de Philip Roth

 

la bête qui meurt

La bête qui meurt

de Philip Roth

roman - 216 pages

Collection FOLIO - GALLIMARD

L'auteur :

Philip Roth, né aux USA en 1933, vit dans le Connecticut.

Philippe Roth

Oeuvres :

- Goodbye, Colombus (1960) premier roman

- La contrevie (1987) National Book Award

- Patrimoine (1992)

- Le Théatre de Sabbath (1995)

- Pastorale américaine  (2000) Meilleur livre étranger

- La bête qui meurt (2001)

- La tache (2002) Prix Médicis étranger

Thème :

Sexualité, complicité, famille, amitié, mort ... Une analyse sans condition et sans fausse pudeur de l'âme humaine.

David Kepesh, professeur vieillissant, attaché à sa liberté et séducteur invétéré, découvre la dépendance sexuelle à 62 ans en séduisant une de ses étudiantes, Consuelo.

Extraits :

     "Le temps passe. Le temps passe et j'ai de nouvelles petites amies. Parmi mes étudiantes. Des femmes qui ont été mes petites amies il y a vingt, trente ans, reparaissent dans ma vie. Il y en a qui ont déjà divorcé plusieurs fois, il y en a qui ont dû consacrer tant d'énergie à s'installer professionnellement qu'elles n'ont même pas eu le loisir de se marier; d'autres, encore seules, m'appellent pour se plaindre des hommes qu'elles rencontrent. Ces rencontres, c'est l'horreur, impossible d'engager une relation, le sexe devient risqué. Les hommes sont narcissiques, dépourvus d'humour, fous, obsessionnels, arrogants, primaires; de deux choses l'une, ou bien ils sont beaux mecs, virils, et foncièrement infidèles, ou bien ils sont châtrés, impuissants - quand ils ne sont pas tout simplement trop crétins."  (...)

     "Quand on vit chaste, sans sexe, comment supporter les défaites, les compromis, les frustrations de l'existence ? En gagnant plus d'argent, toujours plus ? En faisant des enfants ? Ca aide, mais c'est loin de valoir la Chose. Parce que la Chose a élu domicile dans ton être physique,dans la chair qui naît, la chair qui meurt. Parce que c'est seulement quand tu baises que tu prends ta revanche, ne serait-ce qu'un instant, sur tout ce que tu détestes et qui te tient en échec dans la vie. C'est là que tu es le plus purement vivant, le plus purement toi-même. Ce n'est pas le sexe qui corrompt l'homme, c'est tout le reste. Le sexe ne se borne pas à une friction, à un plaisir épidermique. C'est aussi une revanche sur la mort. Ne l'oublie pas, la mort. Ne l'oublie jamais. Non, le sexe n'a pas un pouvoir illimité, je connais très bien ses limites. Mais dis-moi, tu en connais, un pouvoir plus grand ?"   (...)

Mon avis :

Peu d'auteurs ont parlé de la sexualité avec autant d'audace et autant de pudeur. Peu d'auteurs ont analysé le désir avec autant de vérité, approché l'animalité dans chaque homme avec autant de clairvoyance et de sincérité. C'est dans l'analyse de notre condition humaine que Philip Roth nous convie, dans un langage cru et sans détour, qui pourrait "choquer" quelques-uns mais ... ne soyons pas hypocrites.

Philip Roth est un grand écrivain.

Livresquement vôtre, le 13 août 2008